Royal ROBERTSON

Royal ROBERTSON

"Prophet" Royal Robertson ( 1930-1997)
Né à Baldwin - Louisiane - U.S.A.

Mort à Houston - Texas - U.S.A. 

Royal Robertson est né à Baldwin, Louisiane en 1936. Il exerça la profession de peintre de panneaux routiers avant de voyager sur la côte Ouest des Etats-Unis pendant plusieurs années. Il vit en couple durant 19 ans avant que sa femme ne le quitte pour un autre homme. Ce drame personnel bouleverse Robertson, qui évoquera toute sa vie cette « trahison » : sa profonde tristesse provoque en lui une rage créative, quittant son travail pour ne plus passer ses journées qu’à peindre - des écriteaux - et les disposer sur les murs de sa demeure.

"Prophet" Royal Robertson ( 1930-1997)
Né à Baldwin - Louisiane - U.S.A.


Mort à Houston - Texas - U.S.A. 


Royal Robertson est né à Baldwin, Louisiane en 1936. Il exerça la profession de peintre de panneaux routiers avant de voyager sur la côte Ouest des Etats-Unis pendant plusieurs années. Il vit en couple durant 19 ans avant que sa femme ne le quitte pour un autre homme. Ce drame personnel bouleverse Robertson, qui évoquera toute sa vie cette « trahison » : sa profonde tristesse provoque en lui une rage créative, quittant son travail pour ne plus passer ses journées qu’à peindre - des écriteaux - et les disposer sur les murs de sa demeure.


Cette pratique est accompagnée d’une descente en enfer : il se coupe du monde, devient schizophrénique et développe « des visions violentes, bibliques et prophétiques, nourries d’obsessions pour le cosmos et de paranoïas aiguës, de la croyance en un complot féministe mondial, le tout menant à son apocalypse ». Pour déjouer ces pièges, il se crée une nouvelle identité : ”Libre Patriarche Prophète Seigneur Archevêque Apôtre Visionnaire Mystique Psychique Saint Robertson Royal”. Sa pratique de la peinture lui permet ainsi d’exorciser sa folie profonde et évacue péniblement son obsession de l’adultère qu’il a subi. Royal Robertson a transposé plusieurs aspects du fondamentalisme évangélique dans une sorte de science fiction personnelle, composée d’images de publicités et de médias de masse, le tout mélangé avec des motifs autobiographiques ainsi que ses intentions de venger sa trahison. Si son oeuvre est très brute et fait référence à la typographie ou aux graffitis, elle n’est pas franchement éloignée de l’art africain sous sa forme picturale: sa ”folie”, rattachée au fondamentalisme spirituel des peuples esclaves africains, se traduit sous des forces quasi chamaniques et irrationnelles, ses textes paranoïaques et obsessionnels se rapprochant parfois du surréalisme. Vivant seul dans une caravane, au coeur même de son oeuvre, Robertson n’en demeure pas moins un être recherchant une certaine affection. S’il y a une grande orientation cosmiques, son travail n’en est pas moins très intime et physique, reflétant des peurs ”normales” (l’enfermement, les références au manque d’argent, la crainte de vivre seul, la maladie, la mort, le cosmos). En 1992, l'ouragan Andrew détruisit une grande partie des extérieurs de sa propriété, mais les tableaux de l'artiste et les écrits ne cessent de se transmettre. Royal meure en 1997.


 Quelques collection permanentes: 
American Folk Art Museum, New-York (États-Unis)
High Museum of Art, Atlanta (États-Unis)
Collection Treger Saint Silvestre, Porto (Portugal)
Smithsonian Museum Of American Art, Washington (États-Unis)
The Museum of Everything, Londres (Royaume-Uni)
African American Museum, Dallas (États-Unis)
Art Museum of Southeast Texas, Beaumont (États-Unis)
Birmingham Museum of Art, Birmingham (Royaume-Uni)
The Louisiana State Museum, New Orleans (États-Unis)
Mississippi Museum of Art, Jackson (États-Unis)
New Orleans Museum of Art, New Orleans (États-Unis)
Rockford Art Museum, Rockford (États-Unis)


En savoir plus

Aucune œuvre pour cet artiste.