Joel LORAND

Joel LORAND

Elevé en banlieue puis à la campagne, par une mère employée de maison et un beau père ébéniste, travaillant dans le revêtement de sol, Joël Lorand quitte l’école après l’obtention d’un CAP de pâtissier et trouve un excellent emploi chez un grand traiteur des Buttes-Chaumont au service duquel il reste une quinzaine d’années. !

Elevé en banlieue puis à la campagne, par une mère employée de maison et un beau père ébéniste, travaillant dans le revêtement de sol, Joël Lorand quitte l’école après l’obtention d’un CAP de pâtissier et trouve un excellent emploi chez un grand traiteur des Buttes-Chaumont au service duquel il reste une quinzaine d’années. !


Passionné de dessin et de bande dessinée depuis toujours, mais aussi de rock’n roll et de séries télévisées, c’est seulement en septembre 1994 qu’il se met vraiment à peindre et dessiner : quelques mois avant que sa compagne n’accouche de son fils bien aimé, Morgane. Mais la création devient peu à peu une obsession qui l’amène à changer de métier puis à quitter Paris pour s’installer aux environs d’Alençon (Orne), après quoi il divorce, dévoré par sa nouvelle passion. 


D’abord peintes en matières épaisses travaillées avec les outils de sa première profession, puis entièrement dessinées aux crayons de couleur sur du carton, les oeuvres de Joël Lorand se développent en séries qui ont nom : Labyrinthes de la Procédure, Personnages Floricoles, Boucliers Cosmogoniques, Reprises, Négatifs, Camouflages, etc. Toutes mêlent, dans un graphisme volontairement élémentaire et enfantin, les monstres les plus terrifiants à un système décoratif d’un grand raffinement où les règnes – végétal, animal et humain – se confondent et où la symétrie, aux effets hypnotiques, parfois confine à l’architecture.


présentation empruntée au website m y c e l i u m . f r



Non joel Lorand n'abuse pas d’hallucinogènes, ni d'un quelconque psychotrope. Il serait d'une sobriété maladive s'il ne dépendait pas d'une dévorante addiction qui le fait souffrir autant physiquement (tendinites, d'ampoules etc..) que psychiquement (insomnies, cauchemards etc…) . Cette obsession c’est le dessin ! Une pratique qu’il maitrise avec une dextérité et une finesse des plus singulières.


L'artiste visionnaire dévoile ainsi ce carnaval de monstres sympathiques, sans cesse renouvelé. Lorand est un créateur dans le sens de l’invention : il se plaint de n'avoir le temps de poser sur le papier, le carton, ce flot intarissable de créatures qui hante joyeusement son esprit avant de reposer sur ses compositions.


Son univers hypnotique nous absorbe lentement, irrésistiblement ! Les plus grands dessins demandent de l’attention ; On y pénètre peu à peu pour s'y perdre, y découvrir un univers complexe, foisonnant, avec une lecture à 2 niveaux.


Cet autodidacte expose en France , en Autriche, en Angleterre, aux Etats-Unis .... Les lieux les plus prestigieux qui l'ont reçu sont : Le New York Outsider Art Fair ( la plus grande foire d'art but et Outsider au monde) , Le musée Gugging en Autriche. Pour la France on peut citer La Halle Saint Pierre, le Musée Ingres de Montauban, le Musée Robert Tatin, Le site de la Création Franche ou encore la version française de l'Outsider art fair .... Joël Lorand expose à la Galerie Grand'Rue depuis 2006, il est présent sur notre plateforme ArtEssentiel depuis son ouverture.

Extrait du texte pour son exposition à la Galerie Grand'Rue.
Antoine Hyvernaud

En savoir plus

Liste des oeuvres

Montrer 1 - 6 de 6 pièces
Montrer 1 - 6 de 6 pièces