Jean-Joseph SANFOURCHE

Jean-Joseph SANFOURCHE

Jean-Joseph Sanfourche, dit « Sanfourche », est un peintre et un poète français, né le 25 juin 1929 à Bordeaux, et mort le 13 mars 2010 (à 80 ans) à Saint-Léonard-de-Noblat.

Né le 25 juin 1929 à Bordeaux, Jean-Joseph Sanfourche passe son enfance à Rochefort-sur-Mer, puis au début de la seconde guerre mondiale à Limoges, où son père, Arthur Sanfourche, donne des cours de dessin au Centre des Apprentis de l'Air. A dix-huit ans, deux ans après la mort de son père, il est embauché sur des fonctions directoriales dans une entreprise de confection de tissus molletonnés, située à Limoges. 


En 1958, il s'installe à Paris où il travaille auprès de diverses compagnies d'assurances. Ses problèmes oculaires naissent à cette période de sa vie. Confronté à une cécité naissante, Jean-Joseph Sanfourche envisage, au milieu des années soixante, le métier de peintre. Il fréquente les milieux des avant-gardes et des artistes conceptuels.


 Il rencontre, notamment, Hervé Fischer, Michel Journiac, et participe à des expositions de groupe (Tamaruc – galerie Raymond-Duncan) et à des salons (Salon de la Jeune Peinture, Salon des Surindépendants). Ses peintures, tantôt figuratives, tantôt abstraites, sont remarquées par la critique. 


Il travaille avec véhémence sur des supports variés accordant sa préférence aux os humains et aux pierres. Soutenue dès 1971 par Jean Dubuffet, son œuvre, faussement naïve, apparentée à l'Art Brut est accueillie avec ferveur à Lausanne dans la collection Neuve Invention, aux côtés de Chaissac, Anselme Boix-Vives, Goux, Pauzié... Ses totems chargés de mots, ses masques inscrits de signes ésotériques, ses pentacles ou talismans étonnent par leur pouvoir de fascination. En 1978, son travail sur pierres est sélectionné pour participer à l'exposition, tenue aujourd'hui pour historique, Des singuliers de l'art... aux habitants paysagistes.


En Limousin, où il revient s'établir, il est perçu comme un représentant de l'art magique. Drapé de légendes, il s’avance volontiers masqué, offrant à tous son art protecteur, puisé dans le lointain des arts premiers et dans l'art populaire. Dès 1984, Enzo Pagani l'expose régulièrement dans son Musée d'Art Moderne, près de Milan. En Haute-Vienne, ses collaborations avec les maîtres émailleurs lui valent en 1990 la reconnaissance de François Mathey et lui ouvrent le chemin d'une rare popularité. Elle connaîtra son apogée, en 2003, avec une rétrospective présentée sept mois durant par la Ville de Limoges. 


Sanfourche, fraternel et solitaire, homme de quête et de contradiction, laisse après sa mort en mars 2010, des poèmes douloureux, des amitiés épistolaires, les milliers de dessins de sa comédie humaine et une peinture haute en spiritualité, résolument rédemptrice, oublieuse d'un monde perdu dans le spectacle de sa propre dissolution.

En savoir plus

Liste des oeuvres

Montrer 1 - 10 de 10 pièces
Montrer 1 - 10 de 10 pièces